S’envoyer en l’air au Jules Verne

L’expérience est signée Châteaux & Hôtels Collection. Elle consiste à emprunter l’unique entrée au pied de la tour Eiffel où aucun touriste ne s’agglutine devant un guichet. L’expérience oblige à dompter son vertige et à garder les yeux grands ouverts jusqu’au deuxième étage. La porte de l’ascenseur privatif s’ouvre : bienvenue au Jules Verne.

Bienvenue au Jules Verne, ou plutôt bienvenue dans l’expérience Alain Ducasse. Le grand chef monégasque, assis à nos côtés pour ce déjeuner, confie avoir rêvé ouvrir un restaurant au sein même de la Dame de Fer. C’était il y a sept ans. Le Maire de Paris esquissait un rictus. Et pourtant, le cuisinier multi-étoilé allait bien transformer le projet en réalité, en compagnie du designer Patrick Jouin qui a signé l’identité contemporaine du restaurant.

D’abord, vous appréciez la vue. Droit devant vous le Jardin du Trocadéro. Et puis, vous remarquez la Défense. Et si vous faites le tour de la cuisine, en passant devant la cave à vin, vous pointez du doigt les autres attractions touristiques parisiennes. Vous vous amusez d’avoir pris l’ascenseur jusqu’au deuxième étage et vous commentez vos sensations (bonnes ou mauvaises, « et toi ? »). Bref, en somme, vous redevenez ce touriste que vous n’avez plus l’occasion de croiser. Vous savez, celui dont l’innocence est encore assez intacte pour regarder sous la jupe d’acier. L’expérience, c’est elle : renouer avec les premiers émois d’une découverte touristique.

A table, au Jules Verne

A table, au Jules Verne

A 125 mètres d’altitude, Alain Ducasse a bien compris qu’il réussirait à ressusciter ce souvenir et ne manque donc pas de le rappeler dans son restaurant. Avant le service, l’assiette retournée devant vous représente bel et bien l’armature de la tour Eiffel, tandis que le dessert au chocolat évoque logiquement les matériaux utiles à la construction de cette dernière (cf : l’écrou en chocolat de la Manufacture Alain Ducasse). Vous êtes prêts ? L’expérience culinaire va commencer, sous la houlette du chef Pascal Féraud, à la manœuvre pour transformer les classiques de la cuisine française en réinterprétation moderne.

amuse bouche jules verne

Homard de nos côtes en Bellevue, caviar gold

Homard de nos côtes en Bellevue, caviar gold

Foie gras de canard confit, condiment amande fraîche, brioche toastée

Foie gras de canard confit, condiment amande fraîche, brioche toastée

Tronçon de turbot de Bretagne au naturel

Tronçon de turbot de Bretagne au naturel

veau Jules Verne

Côte de veau du Limousin, girolles et artichauts, vrai jus

Vacherin glacé pistache-cerise

Vacherin glacé pistache-cerise

L'écrou croustillant au chocolat de la Manufacture Alain Ducasse Paris

L’écrou croustillant au chocolat de la Manufacture Alain Ducasse Paris

Une expérience œnologique

Si l’on vient au Jules Verne pour s’offrir une table au deuxième étage de la tour Eiffel, l’on réserve aussi pour croquer à pleines dents la carte des vins, chapeautée par le Chef sommelier du groupe Alain Ducasse, Gérard Margeon. Deux vins ont particulièrement retenu mon attention.

Le Blanc de Lynch-Bages 2013 explose au nez grâce à un bouquet d’agrumes et de pêches. Le deuxième nez est plus subtil avec des notes de melon et une pointe de menthe. la bouche est fraîche. C’est un vin doté d’une belle longueur, avec une pointe d’épices en fin de bouche.

De son côté, le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes Jacques Prieur 2011 est tout simplement un régal ! C’est un vin évolué. La robe est très jolie, grâce à des reflets scintillants. Le nez est une promesse d’agrumes, très beurré. En bouche, on retrouve la fraîcheur du nez, avec une belle acidité, et un léger trait de minéralité. Un vin qui tient droit jusqu’en fin de bouche.

Entrées – Homard de nos côtes en Bellevue, caviar gold puis Foie gras de canard confit, condiment amande fraîche, brioche toastée : Bordeaux Blanc de Lynch-Bages 2013

Plat – Tronçon de turbot de Bretagne au naturel : Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes Jacques Prieur 2011

Côte de veau du Limousin, girolles et artichauts, vrai jus : Chambolle-Musigny Les Athets – Domaine Tardy 2010

Dessert – Vacherin glacé pistache-cerise

L’écrou croustillant au chocolat de la Manufacture Alain Ducasse Paris : Maury 15 ans Hors d’Age Domaine Pouderoux

Jules Verne
Avenue Gustave Eiffel, 75007 Paris
Menu de 105 à 230 euros

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>