Hospices de Beaune, en coulisses

Dans le cursus d’un oenophile, la vente des vins des Hospices de Beaune s’impose comme une étape incontournable. La 154ème édition marque mon tour. Aux côtés de la maison Albert Bichot, j’ai eu l’opportunité de pénétrer dans les coulisses de ce rendez-vous automnal qui affole les négociants et les grandes fortunes.

Mais, cette vente aux enchères est loin de n’être qu’une question d’argent. Elle est surtout un exemple de la richesse qu’offre le terroir bourguignon, et pour lequel de nombreux gastronomes se passionnent.

La maison Christie’s frappe le premier coup de marteau, aux côtés d’un duo de célébrités, dans la salle des ventes en plein cœur de Beaune vers 14h30 chaque troisième dimanche de novembre. En réalité, l’effervescence de ce week-end bachique démarre dès le samedi à l’heure du déjeuner. Découverte.

Samedi 15 novembre. 12h. Le coup d’envoi de la 154ème vente des vins est donné. Nous sommes au Domaine du Clos Frantin, à Nuits-Saint-Georges. C’est ici que la maison Albert Bichot a convié ses acheteurs et les vignerons qui travaillent sur ses quatre domaines de Bourgogne, pour un déjeuner en compagnie d’énormes barriques (pardon, de « pièces », comme on préfère le dire en Bourgogne).

A quelques mètres sous terre, dans une magnifique cave, où un dédalle de chemins aligne de jolies pièces marquées par les noms prestigieux de la Bourgogne, la maison Albert Bichot s’apprête à se dévoiler. Vosne-romanée, Gevrey-Chambertin, Corton-Charlemagne… On enchaîne. Le décor de la dégustation qui va s’opérer est posé. Parce que le producteur négociant, aujourd’hui représenté par la sixième génération, a décidé de déployer l’éventail d’arômes de ses nectars, depuis ceux du Château Long-Depaquit à Chablis jusqu’au Domaine du Pavillon à Pommard. Cette dégustation symbolise aussi combien le vignoble de la Bourgogne est complexe, jalonné de quelque 1.247 climats. Chaque parcelle bénéficie d’un micro-climat et ne peut comparer son résultat à celui du climat voisin. C’est toute la force de la Bourgogne !

Cave Albert Bichot

Parmi les étiquettes à retenir, le Chablis Grand Cru Les Blanchots du Domaine Long-Depaquit ne fait que confirmer mon dévouement pour les fruits de ce terroir, en accord parfait avec les huîtres ou le fromage de chèvre. Quant aux surprises, le Clos-de-Vougeot Grand cru du Domaine du Clos Frantin en 2012 étonne par ses notes animales et de sous-bois.

La journée se poursuit par une visite de l’Hôtel-Dieu. Un petit tour à Beaune ne pouvait manquer un passage par cet emblème des Hospices de Beaune. Rare témoignage de l’architecture médiévale, ce monument historique concrétise aussi les raisons de la vente des vins. La recette finance en effet, en partie, l’entretien de cet ancien hôpital aux façades gothiques et aux toits constellés de figures géométriques rouge et jaune.

Hotel Dieu Hospices de Beaune

Dimanche 16 novembre. 7h. L’heure de rejoindre la cuverie des Hospices de Beaune où sommeillent les jeunes nectars prêts à la vente aux enchères de l’après-midi. Nez et papilles se tiennent prêtes. Car 47 cuvées de rouge et blanc vont s’enchaîner. Santenay Christine Friedberg. Pipette dans le verre, rétro-olfaction, on recrache. Beaune Premier Cru Cyrot-Chaudron, Volnay Premier cru Muteau. Pipette dans le verre, rétro-olfaction, on recrache. Volnay Santenots Gauvain Premier cru, et trente autres cuvées plus tard, pipette dans le verre, rétro-olfaction, on recrache. C’est du sport la dégustation ! A l’image des futurs acheteurs des vins des Hospices de Beaune, on goûte les jus pour tenter de percer les secrets qu’ils dévoileront dans quelques années. Et je ne suis pas la seule à vouloir offrir cet exercice de taille à mon système olfactif et gustatif : il y a la queue dehors, et une équipe de sécurité veille chaque entrée et sortie.

degustation Hospices de Beaune

14h30. Après un déjeuner express à l’hôtel le Cèdre à Beaune, direction la salle des ventes. Une foule s’amasse à l’entrée, tandis que le public se regroupe sur la place derrière un écran géant où sont retransmis en direct les échanges quelques mètres plus loin. Les deux présidents de cette édition, Michel Drucker et Adriana Karembeu, qui mettront aux enchères la Pièce du Président, sont déjà prêts. Négociants et acheteurs ont aussi pris place dans ce théâtre marchand teinté de rouge, aux allures baroques. Cameramen et photographes se bousculent sur l’estrade pour ne pas rater une miette de la vente (et pour réussir le parfait cliché de l’ambassadrice de la Croix-Rouge ! ).

ventes encheres Hospices Beaune

Premier coup de marteau, les enchères peuvent commencer. Les prix montent, montent et puis s’adjugent à un spectateur/acteur de la salle, jusqu’aux premiers applaudissements. C’est Albéric Bichot, descendant de la maison, mon hôte de ce week-end, qui se réjouit de ces félicitations grâce à un premier achat de 70.000 euros.

Le représentant de la sixième génération de la maison Bichot se fera remarquer une heure et demi plus tard lors de la mise en vente de la Pièce du Président, un fût de 220 litres dont la recette sera reversée à deux associations incarnées par Michel Drucker, Adriana Karembeu assistée de Teddy Rinner. L’animateur de télévision est accompagné de Tina Kieffer, fondatrice de l’association Toutes à l’école tandis que l’ex-mannequin et le judoka représentent la Fondation Imagine. Albéric Bichot décrochera le dernier coup de marteau en avançant la somme astronomique de 220.000 euros, pour ce Corton-Bressandes Grand Cru.

Adriana Karembeu Beaune

Ce week-end bachique, dédié à la 154ème vente des vins des Hospices de Beaune, se conclut sur un record de 8 millions d’euros. Le centre-ville de la capitale de la Bourgogne peut désormais souffler. Son marché pliera bagage dans quelques heures, avant de revenir dans un an pour un nouveau festival dédié à la gloire des nectars bourguignons.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *