Chez Shu, entrez par la petite porte…

porte Shu ParisN’y voyez pas un mauvais jeu de mot, mais un réel conseil. Vous comprendrez lorsque vous arriverez devant cette si petite porte. Petite en hauteur. Et, ce n’est pas une blague, d’autant que le restaurant Shu sert les meilleurs kushiague de Paris. Kushi-wa-quoi ?

Attention à la tête, et gare à la chute ! On vous aura prévenu… C’est du sport de venir chez Shu. Mais, vous oublierez rapidement vos efforts lorsque vous aurez passé la petite porte qui ne manque pas d’évoquer le film « Dans la peau de John Malkovich » puis la série de marches étroites.

Ici, on sert du japonais, du vrai. N’imaginez pas engloutir yakitoris et autres combinaisons de sashimis/ sushis/ makis qui ont pignon sur rue dans les habituels restaurants tenus par des patrons… coréens ou chinois.

Chez Shu, on cultive l’art du kushiague. Ce sont des brochettes qui n’ont rien de semblables aux yakitoris (rappelons que les yakitoris sont des petits brochettes marinées dans une mixture sucrée/salée à dévorer sous forme de bouchées). Les kushiagué, elles, sont panées et  frites. J’entends déjà les adeptes du « bon/bio/beau/sans gluten » s’offusquaient. Non, les kushiague, c’est la Rolls-Royce de la brochette japonaise. La panure n’est absolument pas gorgée d’huile, bien au contraire. Elle est fine. Si la tradition aime utiliser le bœuf, la technique consiste surtout à magnifier des produits nobles tels que la Saint-Jacques, la gambas, le lotus… Voyez plutôt ci-dessous la valse des kushiague qui arrivent sous notre nez : pince de crabe, courgette, crevette et shitaké, lotus, aubergine, champignon de Paris, œuf de caille, filet mignon, courgette/palourde, saumon, porc.

kushiague courgette

kushiague pince crabe

kushiague

Légumes, crustacés et viandes sont enfilés sur des petites brochettes en bambou, servies trois par trois. A chaque service, le chef propose une combinaison qui déploie divers goûts et varie les textures du plus craquant au plus fondant. Les kushiague sont accompagnées à chaque fois de petites sauces aux saveurs variées et surtout raffinées, mêlant par exemple herbes aromatiques comme le basilic, citron vert, wasabi, sinon un petit amas de fleur de sel.

L’addition n’est pas donnée, c’est vrai. Mais, l’expérience en vaut vraiment la peine. Vous avez le choix entre 9 ou 15 sortes de kushiague sachant que les menus comprennent d’autres petites gourmandises, comme une soupe de riz au thé vert appelée ochazuké (rafraîchissant et parfumé). Comptez 63 euros pour la totale (kyôu), qui inclut une mise en bouche, des sashimis de saison, trois plats de saison. Le plus petit menu est à 38 euros (kazé).

soupe riz the vert

Une soupe de riz au thé vert pour digérer après la valse de kushiague

highballPour parfaire l’expérience chez Shu, il faut absolument commander un highball. C’est le cocktail adoré des Japonais : un grand verre rempli de glaçons, avec du wkisky Suntory, allongé à l’eau pétillante.

Deux types de whisky composent la commande : Yamazaki Distiller’s Reserve et Hakushu Distiller’s Reserve. Un service rafraîchissant, étonnant pour le palais qui s’en prend déjà pleins les babines avec les kushiague. Mais, n’oubliez pas, il va falloir gravir à nouveau l’escalier et repasser par la petite porte…

Restaurant Shu
8 rue Suger
75006 Paris


Voici les autres adresses (à tester) de restaurants japonais où découvrir kushiague, highball et autres préparations nippones :

Kiyomizu, 4 rue Saint-Philippe du Roule 75008

Kushikatsu Bon, 24 rue Jean-Pierre Timbaud 75011

Zenzan, 4 rue Brey 75017

Enishi, 67 rue Labat 75018

Nodaïwa, 272 rue Saint-Honoré 75001

Sanukiya, 9 rue d’Argenteuil 75001

Tsubamé, 40 rue Douai 75009

Zen, 8 rue Echelle 75001

Okomusu, 11 rue Charlot 75003

Azabu, 3 rue André Mazet 75006

Léngué, 31 rue de la Parcheminerie 75005

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *