6 adresses incontournables à Venise

La Sérénissime est, certes, une destination très touristique (et alors ?), mais elle est, à mon sens, un passage incontournable pour qui adore se régaler. Toutes les visites des lieux mythiques de la jolie italienne n’ont pas manqué d’être prétexte à goûter, à saliver, lors de ma récente escapade.

Voici les adresses que je vous conseille vivement de tester, celles où vous commanderez aux côtés des Vénitiens et où vous vous sentirez pousser des ailes au moment de réclamer ce que vous êtes venus chercher, même si vous ne parlez pas italien. Mamma Mia !

casa dei parmiggiano fromages

Campo Belle Vienna, Marco

La Casa Del Parmigiano
Ne soyez surtout pas effrayer par la situation de cette boutique. Certes, elle se trouve à quelques pas seulement du célèbrissime mercato du Rialto, marché historique (et touristique) où la dévotion de la Sérénissime pour les poissons et fruits de mer se confirme. Ni le nom, ni l’adresse ne doivent vous empêcher d’entrer. A la clé, c’est une caverne d’Ali Baba remplie de magnifiques fromages et charcuteries italiens qui vous attend, servis en prime avec convivialité. Le propriétaire se débrouille en français et fait l’effort de vous servir de son mieux, avec le sourire s’il vous plaît. Vous pouvez choisir des morceaux conditionnés sous vide (la conservation est plus longue et les victuailles ne craindront pas le voyage du retour), sous réserve de commander au moins 300g. Mon conseil : faites un tour à la Casa del parmigiano juste avant le départ et vous commanderez des morceaux plus petits pour construire un vrai panaché gourmand de l’Italie. N’omettez surtout pas de goûter au jambon cru San Daniele, au fromage vénitien affiné au vin rouge local, le Perbacco, et à l’incontournable Scamorza.


Osteria Ai Pugni

osteria ai pugni

Dorsoduro, 2859

Vous entrez dans ce bar à vin et le ton est donné : vous pénétrez au royaume des bons vins italiens ! Les magnums font office de lampes et les caisses en bois construisent les tables et la porte des toilettes. C’est ici même que j’ai découvert le véritable goût d’un bon Prosecco, le mousseux star en Italie, celui que les Vénitiens adorent mélanger au Campari ou à l’Aperol pour concocter leur immanquable Spritz. Le Prosecco Superiore Borgoluce n’a absolument pas à rougir face à nos délicieux Crémant de Bourgogne ni face à nos Champagne. La bouche est ample, structurée, avec un caractère qui a tout d’un Italien. Le petit verre de vin blanc vénitien est aussi très agréable, rafraîchissant. Approchez-vous du bar ou aillez le sympathique serveur pour réclamer une assiette de charcuteries ou de fromage de brebis. Ils vous seront servis sur du pain, et vous apprendrez rapidement qu’il s’agit de “cicchettis”, chouchou des Vénitiens à l’heure de l’apéritif. Une bien belle soirée se profile à l’horizon pour vous qui avez décidé de suivre mon avis…


pasticceria Tonolo

San Pantalon, Dorsoduro 3764

Pasticceria Tonolo
Mamma Mia le tiramisu ! Qu’on se le dise, ce (riche) dessert souffre des conséquences du tourisme de masse à Venise, se résumant parfois à des boudoirs flanqués dans une assiette avec une grosse cuillère de mascarpone (je ne citerai aucun nom car cela ne m’intéresse pas de fustiger les commerçants). Fort heureusement, j’ai suivi religieusement mon Routard dans lequel j’avais repéré un très bon commentaire au sujet d’une pâtisserie dans le quartier du Dorsoduro. Il ne m’a pas fallu moins qu’un résumé tel que “cette pâtisserie passe pour être la meilleure de la Sérénissime” pour inscrire l’adresse comme un passage obligé. Résultat des courses : j’y suis allée deux fois ! Et à chaque visite, mon coeur a balancé pour le tiramisu. Mon conseil : optez pour le tiramisu en coupelle (2 euros) avec lequel on vous donnera une petite cuillère argentée en plastique. Rejoignez le campo Santa Margherita dans le Dorsoduro où vous jetterez votre dévolu sur un banc. Et là, succombez à la texture si crémeuse du tiramisu et à son équilibre parfait entre l’amaretto et le café. Une bombe ce tiramisu !


acqua e mais

Campiello dei Meloni, San Polo

Aqua e Mais
Dans le quartier de San Polo, de l’autre côté du Pont du Rialto, les voyageurs pressés qui ont faim de spécialités vénitiennes feront coup double en s’arrêtant au kiosque de cette adresse street food. Le patron sert dans un gobelet une polenta fumante (très salée comme le veut visiblement la tradition), coiffée du “fritto misto” local, un mélange de fruits de mers frits. Calamars, sardines et crevettes sont ultra-frais. Venise cultive la tradition culinaire de ses ancêtres et de sa situation stratégique commerciale toute proche de la mer. La Sérénissime n’a d’yeux que pour les gourmandises de la grande bleue. Faites un tour au marché du Rialto au début de la journée, et vous découvrirez les fruits de la pêche : poulpes et seiches s’accumulent sur les lits de glace et servent à cuisiner la pasta vénitienne par excellence : les pâtes à l’encre de seiche. Terminez votre expérience chez Aqua e Mais en goûtant un arancini aux fruits de mer. Divin !


dall arco

Calle Arco, San Polo 436

Dall’Arco
Pour vivre à fond une expérience locale vénitienne, foncez chez Dall’Arco. C’est le bar à vin typique où l’on déguste son verre de vin accompagné de cicchettis debout. Ne vous dégonflez pas face aux locaux qui seront servis avant vous, votre tour viendra. Et vous pointerez du doigt tous ces jolis toasts, les fameux cicchettis donc, les meilleurs de Venise paraît-il. Ne manquez ni la baccala mantecato, une sorte de brandade de morue, ni les sardines/gorgonzola. C’est un peu compliqué de cerner les noms des vins servis, faites plutôt confiance aux serveurs à qui vous demanderez une production italienne. Je n’ai pas été déçue par ce vin de table Malvasia de Toni Bigai.


pizza al volo

Campo Santa Margherita, Dorsoduro 2944 A

Pizza al volo
Qu’on se le dise, la pizza n’est pas une spécialité de Venise. Et pourtant, vous auriez tort de ne vous concentrer que sur les spécialités de la Sérénissime. Dans le même esprit que les pizzas au mètre romaines, Pizza al volo propose d’immenses parts de pizzas à 2 euros l’unité. La pizza coûte en moyenne 5,50 euros pour une taille qui équivaut à la maxi en France. Dans cette petite échoppe du Dorsoduro, les étudiants s’agglutinent devant le comptoir pour commander la “vraie” grande pizza. Vous revivrez vos années de fac en composant cette file d’attente quelque peu anarchique et en dévorant votre pizza sur la place Santa Margherita, assis par terre, en tailleur, comme les étudiants. Nombreux sont ceux qui choisissent la puriste “Marinara”, à base de tomate, basiclic et huile d’olive. La pizza de la maison se consacre au légume fétiche de Venise : l’aubergine.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>